_shutterstock_125312720.jpg

 

Le Roman Historique

par Because Banana

Nous y revoilà, après le fantastique attelons-nous maintenant au roman historique ☺ ! Comme précédemment, je ne savais pas précisément ce dont il s’agissait avant de commencer mes recherches. J’avais une vague idée, comme tous ceux qui le connaissent de loin j’imagine, du genre : « Un roman dans le passé ? ». Alors oui… Mais pas que ;p

C’est donc avec toujours autant d’enthousiasme que je vais vous rappeler brièvement (ou vous initier) à ce formidable concept qu’est le roman historique. Il y a de fortes chances que vous en ayez déjà lu au moins un, et je ne parle même pas de l’immense probabilité de les connaître de nom !

 

Une histoire dans l’Histoire

Comme son nom l’indique (littéralement), le roman historique est le croisement entre deux univers distincts : l’art de l’écriture à travers le roman et les connaissances de l’Histoire. En d’autres termes, c’est la délicate association d’une intrigue et ses rebondissements, sur un solide fond de faits historiques et de personnages ayant réellement existé. Le Larousse le décrit même comme : « un échange inattendu (…) entre les deux genres », où « les récits historiographiques empruntent (…) la technique romanesque ». Souvent cela peut prendre la forme de personnages fictifs dont le lecteur suit les histoires pour se plonger dans des périodes passées particulièrement marquantes (Antiquité, Moyen Âge, Renaissance, Révolution, Napoléon...).

 

J’ai eu un peu de mal avec cette notion au début de mes recherches, car je comprenais bien qu’il ne s’agissait pas seulement que d’un roman prenant place dans une époque révolue. Je sentais qu’il y avait définitivement quelque chose en plus. J’ai donc creusé, et si l’auteur doit se documenter énormément sur l’Histoire, il ne faut non plus qu’il mette de côté la composante narrative qu’il va y ajouter et qui est cruciale pour transcender l’ensemble.

 

Comme le disent si bien les bibliothécaires de Levallois (où se déroule le Salon du Roman historique de Levallois) : « il s’agit de complexité et de dosage : trop d’Histoire et le roman devient un ouvrage pour spécialistes, trop d’imagination et ce n’est plus crédible. ». Ainsi, un bon roman historique se joue en partie sur sa vraisemblance. Autrement dit, une alliance subtile de réalité et de fiction, un dosage particulier entre « vrai » et « faux ». » C’est véritablement le respect de l’Histoire qui fait la différence de cette catégorie de romans. Le Larousse les définit comme des « témoignages véridiques sur leur époque ». Vous pouvez d’ailleurs en apprendre davantage sur les recherches pour un roman historique avec l’article de Matt’.

 

Et parce que parfois nous comprenons mieux un concept lorsque nous connaissons ses limites, si le roman historique ne respectait pas aussi fidèlement l’Histoire, alors nous tomberions dans :

 

- l’histoire romancée, que Gérard Gengembre décrit comme pas ou peu fidèle au réalisme de l’époque. Elle raconte sous une forme assez plaisante les événements historiques et la vie de personnages authentiques. Je cite l’introduction du Larousse (non spécifique à l’histoire romancée) pour illustrer ce propos : « des romans qui se prétendent réalistes, mais l'histoire bien fantaisiste ne sert que de vague cadre à d'interminables intrigues amoureuses. » (#biiiim). En résumé, l’histoire romancée déforme parfois certains faits ou mentalités pour les simplifier, les dramatiser ou les rendre plus proches ou accessibles à notre temps afin de servir sa narration. Là où le roman historique sublime en quelque sorte l’Histoire à travers sa narration, sans la trahir.

 

- ou l’uchronie, où certains faits historiques sont modifiés, et il en résulte une reconstruction fictive de l’Histoire. Par exemple, prenons le célèbre : que ce serait-il passé si Hitler avait gagné la guerre ? (The Man in the High Castle)

 

L’Histoire du roman historique

Maintenant que vous êtes familiarisés avec le roman historique et son concept, nous pouvons à présent déterrer son passé pour mieux le comprendre.

L’Histoire a souvent inspiré le roman par le passé, mais surtout en tant que décor, cadre, ou trame de fond d’intrigues (cf. histoire romancée, mais également d’autres types d’œuvres). Le XVIIIe siècle marque un tournant dans cette relation à l'Histoire, car cette dernière commence à être traitée comme une science. Marqués par la Révolution, « les hommes prennent conscience d'être les agents de l'Histoire qui devient alors un moyen politique d'agir sur les réalités présentes ». C’est donc au siècle suivant, au XIXe, que le roman historique en tant que tel prend son essor, puisant dans la véracité et la science de l’Histoire toute sa vraisemblance.

 

Un des auteurs précurseurs est Walter Scott au travers d’Ivanhoé en 1819, qui prend place durant l’Angleterre du XIIe siècle sous le règne de Richard Cœur de Lion. Il connut un énorme succès au début de l'époque romantique. Son œuvre influence fortement d’autres auteurs en Europe qui se lancent dans le roman historique, manifestant un grand intérêt pour leur passé national. Il devient ainsi majeur XIXe siècle. On retrouve Victor Hugo avec (entre autres) Notre-Dame de Paris (1831), Alexandre Dumas père avec Les Trois Mousquetaires (1844)… Notons également Guerre et Paix de Léon Tolstoï (1869) qui est un incontournable, et dans la même veine russe, Suite Française d’Irène Némirovsky (je n’inscris pas de date car parution post-mortem, cf. l’article d’Elodye H. Fredwell à ce sujet)

Au siècle suivant, le roman historique commence à être méprisé par la critique (#victime de son succès populaire), et ce pendant une longue période. Il renoue à présent avec le succès, au travers notamment de grandes sagas historiques comme celles écrites par Ken Follett (Le Siècle, trilogie débutant en 2010). Peut-être qu’après l’écriture de cet article je me jetterai dans les abymes d’une autre de ses œuvres un peu plus ancienne, Les Piliers de la Terre (1990). Tout comme le webzine sur le fantastique m’a donné envie de me plonger dans le célèbre Dracula, je jurerais que le roman historique vient de me faire de l’œil ! :3

Une histoire… sur quelle Histoire ?

Les lecteurs apprécient le roman historique car il provoque chez eux un sentiment de dépaysement en les plongeant dans des époques révolues. On peut donc se demander quels siècles ou faits historiques inspirent le roman historique. J’ai envie de vous dire… toute l’Histoire de l’humanité ! « Aucune liste ne saurait résumer le roman historique. Ainsi le public peut toujours découvrir du neuf ou de l'ancien. »

Toutes les périodes de l’Histoire sur l’ensemble des continents peuvent être représentées par le roman historique, comme cité en introduction. De nombreuses figures historiques de différentes époques ayant marqué l'Histoire peuvent y apparaître, comme Cléopâtre, Spartacus, Jeanne d'Arc, Louis XIV, Napoléon... Au delà des différentes époques, le roman historique peut également prendre la forme de plusieurs genres comme la romance, le policier ou même l’aventure avec notamment la création de la catégorie des romans de cape et épée. D’ailleurs, je vous laisserai découvrir plus en détail certains ressorts avec l’article de MelissaR sur les codes du roman historique


 

C’est tout pour moi ! J’espère vous avoir fait un état des lieux assez complet pour vous donner envie de lire l’ensemble du Webzine ☺ Pour être certaine d’avoir bien fait le taf sur mon introduction au concept du roman historique, je vous laisse sur une citation d’Alexandre Dumas. Histoire d’être sûre… (#jeu de mots assumé) :

« Notre prétention en faisant du roman historique est non seulement d’amuser une classe de nos lecteurs, qui sait, mais encore d’instruire une autre qui ne sait pas, et c’est pour celle-là particulièrement que nous écrivons. »

Retenez donc bien que LA question centrale est celle du rapport entre les contraintes d’écriture, la séduction du lecteur et le sens historique à développer.

Rendez-vous dans les autres articles du Webzine pour en savoir plus, et bonne lecture !

Sources :

- Blog des bibliothécaires de Levallois - https://liseurblog.wordpress.com/2014/03/03/le-roman-historique-est-il-un-genre/

- Le roman historique, Larousse : https://www.larousse.fr/encyclopedie/litterature/roman_historique/176585

- Le roman historique : mensonge historique ou vérité romanesque ?, Gérard Gengembre – 2010 extrait - https://www.cairn.info/revue-etudes-2010-10-page-367.htm#

- Le roman historique, Universalis : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-historique/


 

Œuvres complémentaires :

 

Le dernier des Mohicans, James Fenimore Cooper - 1826

Le roman de la momie, Théophile Gauthier - 1858

Quo Vadis ?, Henryk Sienkiewicz - 1896, prix Nobel de la littérature en 1905

Le nom de la rose, Umberto Eco - 1980

Les Enfants de la Terre, Jean M. Auel - 1980

Ces messieurs de Saint-Malo, Bernard Simiot 1983, prix de l'Académie française en 1984

L'Affaire Nicolas Le Floch, Jean-François Parot - 2002

Les Adieux à la reine, Chantal Thomas – 2002

 

Site à regarder : https://www.roman-historique.fr/ (très spécialisé et je cite : « vous êtes au royaume du roman historique ! »)

 

- Because Banana aka BB

(https://becausebanana.wordpress.com/)

      Because Banana
Design du site : ©tiphs-art.com pour Génération Écriture | Mentions légales
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now