La grande question. Pourquoi, en effet, se lancer dans un truc complètement masochiste/pour lequel on sait qu'on n'y arrivera jamais/qui va nous faire souffrir pendant un mois ? Eheh, eh bien joker ! Non bon hein, sinon il n'y aurait pas d'article.

 

Je vais vous donner un avis subjectif, comme tout avis. Mais le voici.

       

Matt'
 
Cliquez sur le pseudo
pour consulter le blog
de l'auteur de cet article


     

Cet auteur a aussi rédigé
Pour avancer son histoire

 

Ça semble logique, hein. Mais le NaNo permet de vous faire avancer à bonds de géant dans votre histoire. Certains arrivent à terminer un roman grâce au NaNo, d'autres écrivent de nombreuses nouvelles... 50 000 mots, c'est beaucoup. Si vous êtes plutôt du genre fainéant-e le reste du temps, que vous avez besoin d'un objectif précis pour avancer, le NaNo est fait pour vous (on se croirait dans les résultats d'un test de magazine). Plus sérieusement, le NaNo permet d'écrire à un rythme que, pour beaucoup (on ne va pas se mentir), vous auriez du mal à suivre en temps normal. Alors autant en profiter et permettre à son histoire d'enfin avancer.

 

Pour décomplexer l'écriture

 

Vous avez le syndrome de la page blanche ? Vous n'avez plus écrit depuis des mois et vous êtes tout rouillé-e ? Vous complexez sur l'écriture ou toute autre névrose qui vous angoisse ? Faites le NaNo ! (#meilleurslogandepublicitédumonde) Le NaNo, c'est très instinctif, au bout d'un moment, une fois lancé, on écrit un peu sans réfléchir (ou pas), et même si ça s'en ressent à la relecture, cela peut permettre de vous décoincer un peu. Alors certes, les premiers jours sont très durs, surtout quand vous n'avez pas écrit depuis des lustres. Mais ça passe, c'est un peu comme tout, il faut s'habituer et ensuite à la fin vous aurez pris l'habitude d'écrire quotidiennement, ou du moins régulièrement. Et je suis sûre que vous regretterez même que ça soit déjà terminé.

 

Pour avoir le sentiment d'avoir accompli quelque chose

 

Le NaNo, c'est un peu comme un marathon (PIRE VOUS VOULEZ DIRE). On souffre, c'est une course de longue haleine qui demande beaucoup d'endurance, on arrive éreinté, à bout, on se dit qu'on ne recommencera jamais et surtout, surtout, on est fier du chemin parcouru. À condition d'être arrivé à la fin, bien sûr. Mais voilà, vous pourrez dire « je l'ai fait ». 50 000 mots, ça n'est pas rien, et quand vous verrez à quel point vous avez avancé, vous serez d'autant plus fier-e. Je vous assure.

Pour écrire à plusieurs

 

L'ambiance du NaNo est quelque chose d'assez exceptionnel (si si). On est bien loin du poète solitaire et, honnêtement, ça fait du bien. Que vous participiez aux événements organisés dans les grandes villes (kick off, write-ins, etc.), ou aux événements organisés sur divers forums (psst : allez voir le nôtre, il s'y passe des choses pendant le NaNo !), ou encore que vous partagiez cela avec vos amis, que vous vous organisiez vos propres séances d'écriture à plusieurs... le NaNo, c'est aussi s'entraider, se motiver, partager autour de l'écriture, en bref, s'amuser.

Pourquoi ne pas faire le NaNo

 

Bon, il fallait quand même nuancer un peu. Voici une liste non exhaustive des raisons pour lesquelles vous devriez fuir le NaNo à tout prix.

Le NaNo n'est pas fait pour vous si :

 

1) vous êtes désorganisé

Bon, on arrive toujours à s'en sortir malgré tout, mais si, vraiment, vous sentez que c'est au-dessus de vos forces, que vous ne parvenez jamais à trouver des plages horaires consacrées à l'écriture, que vous faites trente-six mille choses à la fois... FUYEZ tant qu'il est encore temps (ou apprenez à faire le NaNo en étant désorganisé).

 

2) vous n'avez pas le temps (sans blague)

Bon donc là effectivement, plutôt simple et logique.

 

3) vous êtes un maniaque de la plume et vous ne supportez pas d'écrire pour écrire le plus possible

Le NaNo, c'est quand même écrire beaucoup en peu de temps... si vous ne supportez pas les words wars, d'écrire juste pour atteindre un quota de mots... passez votre chemin.

 

4) vous êtes du genre à passer un mois (au moins) sur une phrase. Parce que le NaNo, ça ne dure qu'un mois, justement.

Vous êtes très tatillon avec vous-même et avec vos écrits et vous aimez qu'une phrase soit travaillée encore et encore jusqu'à atteindre ce que vous considérez être la perfection (ou tout comme) ? Là encore, il semblerait bien aventureux de vous risquer dans cette entreprise de sprint (ou marathon) qu'est le NaNo.

Mais bon, même si vous avez des a priori, n'hésitez pas non plus à tester les CampNaNo. Vous pouvez choisir votre nombre de mots à atteindre à la fin du mois et cela vous permet ainsi de bien mieux gérer votre temps. L'objectif est ainsi bien plus facile à atteindre et vous pourrez même vous surprendre à aller bien au-delà du nombre de mots escomptés. Cela peut en tout cas être une alternative intéressante avant de se lancer dans le NaNo.

 

 

Alors, serez-vous de la catégorie des nanoteurs cette année ?

pourquoi faire le NaNo ?

par Matt

Design du site : ©tiphs-art.com pour Génération Écriture | Mentions légales
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now