Les OctoGônes 2015

Lyon, du 2 au 4 octobre 2015

 

Lorsque j'arrive au Double Mixte, le vendredi matin, la salle n'est encore qu'un hangar où des tables sont alignées. Une partie des organisateurs s'occupent d'installer chaises et nappes, courant après les plans de la salle pour ne pas faire d'erreurs, et je me joins à eux. Tiphs et Ielenna arrivent en fin de matinée, et ensemble, nous installons le stand, puis allons manger une crêpe en ville, profitant d'une des dernières terrasses au soleil de l'année avant de retourner au double mixte pour l'ouverture, telles des space cowboy hipsters, notre gobelet Starbucks à la main.

Histoire d'attirer le chaland, encore maigre en ce vendredi après-midi, Tiphs éparpille des Carambars sur notre stand, et nous commençons à intercepter les passants à base de « hey, vous voulez un carambar ? » (Croyez-le ou non, mais ça marche mieux que « hey, vous voulez écrire 50 000 mots avec nous en novembre ? ».) Nous discutons ainsi avec quelques personnes intéressées, et profitons également de cette après-midi calme pour renouer le contact avec des connaissances de l'an passé, comme les responsables du pôle GN, qui tentent fourbement de nous inciter à prendre les armes contre eux (non, on m'y a déjà pris l'an dernier, pas cette fois), ou bien simplement des bénévoles qui nous reconnaissent de l'édition précédente, voire des membres de GE que nous connaissions depuis longtemps sans les avoir rencontrés.

Nous sommes également interviewées par Poulpy le poulpe, qui a fait le tour du salon pendant les trois jours pour en présenter un compte rendu complet.

Nous terminons cette journée relativement tranquille par une partie endiablée de Time's up (cassedédi Chtulu) avec Vabo et Myrdinn du pôle GN et T'choup – tellement endiablée qu'un homme vient nous interrompre pour savoir à quoi on joue « parce qu'il nous entend rire de loin ».

C'est sur cette note réjouissante que nous quittons le salon pour la journée, un peu épuisées, pour se préparer à affronter les deux jours intenses qui s'annoncent ensuite.

Le samedi matin, c'est accompagnées de Mio que nous revenons prendre nos quartiers. Nous sommes reposées, la mécanique commence à être rôdée, et les passants sont plus nombreux : c'est donc tout naturellement que nous nous remettons sur les rails, remplissant le stock de carambars lorsqu'il s'épuise. 

L'exemplaire du Codex de Tiphs fait beaucoup d'effet, de même que les badges, Philéas Fogg et Ewilan en tête, qui partent comme des petits pains. Mais, tout comme les carambars, ce ne sont que des hameçons pour amener les gens à nous parler, et beaucoup nous posent des questions sur l'association, son fonctionnement, nos projets... et nous y répondons avec plaisir !

Nous faisons au passage connaissance de l'association de jeu de rôle Turris Fortissima, avec qui nous partageons notre repas.

Vient ensuite 14h, l'heure de notre concours de nouvelles, pour lequel nous avons eu nombre de demandes. Le thème ? « Jeu(x) de mains ». Nous installons la quinzaine de participants sur les tables réservées à cet effet derrière notre stand, et les laissons plancher pendant deux heures (avec une pause carambar en plein milieu, quand même, on n'est pas des sauvages). Vient ensuite l'heure de la lecture, puisqu'il nous faut remettre les résultats à 17h. Quelques minutes avant la deadline, nous avons nos trois vainqueurs. Nous leur remettons leurs lots (des badges et des livres généreusement offerts par la librairie Trollune, merci encore à eux !), discutons un peu avec les auteurs, et arrive rapidement l'heure de la conférence animée par Ielenna sur les débuts de l'écriture de trois auteurs : Mathieu Rivero, Claire Krust et Mélanie Fazi. Le débat est très intéressant, et nous vous invitons à aller l'écouter sur le site de ActuSF pour plus de détails, ou de lire le compte-rendu ici.

Après ceci, nous terminons une fois encore la journée par une partie de Time's up, avec Vabo et Vil Faquin (cassedédi les hommes de nos vies), qui sont parfois un peu désespérés par nos mind sync mais qui ripostent avec les personnages les plus improbables (cassedédi Viggo et son caddie) ou les mimes les moins adaptés (cassedédi Robert Pattinson).

Après ça, guidées par notre ventre (on ne s'appelle pas Génération Nourriture pour rien) (comment ça, on ne s'appelle pas Génération Nourriture ?), nous quittons toutes les quatre le salon pour la soirée, allant manger en ville.

Le dimanche, c'est reparti pour un dernier tour ! Nos réserves de Carambars et de badges s'amenuisent (c'est bon signe !), pendant que nous fredonnons la comédie musicale Roméo et Juliette en répondant aux curieux. 

Nous saluons également Sofee L. Grey, qui est présente pour la journée et que c'est toujours un plaisir de retrouver, qui nous donne un de ses livres pour ajouter aux lots du concours de nouvelles.

En parlant de celui-ci, le thème du jour est « Le Duel ». Une dizaine de participants (et pas une seule histoire de cowboys dedans) (ni de Tybalt, d'ailleurs), et, un quart d'heure avant dix-sept heures, trois vainqueurs de désignés.

Après l'annonce des résultats, l'ambiance sur le salon commence à se calmer : c'est bientôt l'heure de la fermeture, et tout le monde commence à ranger pour se préparer à rentrer chacun chez soi. Nous profitons de ce calme pour faire une dernière partie de Time's up, juste entre nous quatre, histoire de bien mettre à profit notre mind sync.

Vient ensuite l'heure des adieux, en se promettant de se revoir, aux intergalactiques pour certains, aux Octogônes de l'année suivante pour d'autres, ou encore à des dates indéfinies pour quelques uns.

Nous repartons la tête pleine de souvenirs et de fous rires, les réserves de nourriture vides, et une grosse envie de revenir l'an prochain !

Big up aux bénévoles, à l'organisation, à Trollune, à tous ceux qui rendent ce salon possible et fonctionnel et qui nous permettent de passer un si bon moment ; à nos amis aussi, nouveaux ou anciens, Sofee, Laure, T'Choup, Alpha, Vabo, Vil Faquin, Myrdinn, romain, Romuald, Rodolphe et les autres ; aux participants et aux gagnants des concours, qui nous donnent envie de renouveler l'expérience ; aux belles rencontres de ce salon, qu'elles soient éphémères où qu'elles débouchent sur des projets ; à tous ceux qui se sont arrêtés sur notre stand, qui ont pris le temps de discuter ou de prendre un carambar ; à toutes ces personnes qui font de ce salon une si belle expérience.

Cassedédi à Willy Denzey, Totoro, Oliver Queen, Norman Reedus, Georges Marchais, T-Bag, Jake Gyllenhal, Bella, Merlin l'enchanteur, Rogue et les autres et à toutes les associations d'idées que leurs noms vont provoquer en nous maintenant.

Merci aussi à ceux qui liront ce compte rendu ; au fait : vous avez perdu.

Bisou.

 

LorianO

Design du site : ©tiphs-art.com pour Génération Écriture | Mentions légales
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now