Les OctoGônes 2014

Lyon, du 3 au 5 octobre 2014

 

Pour Del* et moi, l’aventure Octogônes a commencé dès le jeudi 2, quand nous sommes parties de Paris dans son auto en début d’après-midi. Après s’être moqués des voitures dans l’autre sens sur l’autoroute, arrêtées pour cause de travaux + accident alors que nous on avançait bien (on a les petites victoires qu’on peut, hein), on arrive à Lyon en début de soirée, franchissant le tunnel de Fourvière en conquérantes au son de Led Zeppelin. Cet état d’esprit victorieux ne dure pas trop longtemps car, à coups de mauvaises signalisations, de lenteur d’indications de Jacques (le GPS) et de mauvais choix de nous-mêmes, nous mettons une heure et demi à rejoindre la demeure d’Aleksey. Heureusement, il nous accueille avec des chips et des chats (et sa mirifique personne, bon, aussi) et bien vite la bonne humeur revient. On se raconte les dernières nouvelles, les derniers potins, on essaye de s’extorquer des informations sur nos histoires respectives (parfois avec succès !), on fait des plans pour le lendemain et pour le weekend, et vient finalement l’heure d’aller se coucher.

 

Le vendredi, fraîches et disposes (ou faisant bien illusion, du moins), Del* et moi prenons la direction du parc de la Tête d’Or (en pestant après Jacques et les feux rouges), à côté de la convention, où nous retrouvons Talsa pour aller voir les girafes, les chats des sable et les panthères de l’Amour. Après s’être extasiées devant ces animaux, direction l’espace Tête d’Or, où se trouvait la convention, pour installer notre stand. Les premiers curieux et visiteurs ne tardent pas à arriver et, bien que la fréquentation soit encore assez faible (comparée aux jours qui vont suivre, j’entends), nous passons l’après-midi à discuter avec des professionnels ou de simples curieux, et développons avec Del* une technique de vente qui marche assez bien : elle interpelle les passants, je leur explique ce qu’est GE et elle montre et fait passer les documents. C’est le moment où nous nouons des relations avec pas mal de bénévoles et exposants que nous recroiserons et avec qui nous échangerons tout au long du weekend. Auteurs (jeunes et moins jeunes), éditeurs de jeu de rôle, rôlistes, bénévoles, tous ceux que nous rencontrons sont au minimum curieux, voire carrément intéressés par ce que nous faisons. L’ambiance est tellement bonne que, en fin de journée, plutôt que de rentrer, nous proposons à Aleksey de venir nous rejoindre après ses cours pour manger (le salon reste ouvert toute la nuit). Nous quittons finalement les lieux après 21h, un peu fatigués mais après de belles rencontres et une première journée qui nous fait déjà affirmer que c’est le meilleur salon que nous ayons fait jusque là.

 

Le samedi matin, nous retrouvons Ielenna à l’entrée du salon et allons tous les quatre à notre stand, croisant des connaissances au passage. Nous nous installons et sommes rapidement rejointes par Talsa et une de ses amies. La matinée se passe tranquillement, maintenant que le speech de présentation est bien rodé je l’apprends à Aleksey et Ielenna (dont la machine à écrire interpelle bien plus que nos sourires pourtant charmants) et bientôt nous sommes tous opérationnels. Avec Del*, nous profitons que l’affluence soit encore mince pour aller apprendre à nous battre à l’épée, comme Sébastien, bénévole (enfin non, mais on va faire comme si), nous l’avait proposé la veille. On découvre très rapidement que ce n’est pas du tout fait pour nous, mais au moins on pourra dire qu’on a essayé !

 

L’après-midi arrive le concours de nouvelles, pour lequel nous avons eu plein de demandes depuis la veille. La table mise à disposition est vite remplie, et nous sommes même obligés de demander à des retardataires de s’installer ailleurs. Au final, le concours a tellement de succès que les organisateurs nous proposent de remettre ça le lendemain ! Élise, de l’organisation, nous amène même une journaliste du Progrès afin de pouvoir parler du concours dans le journal (eheh, notre première apparition dans une publication papier !). Finalement, les participants commencent à rendre leurs textes et suit pour Aleksey, Ielenna et moi une intense séance de lecture (où l’on doit continuer à tenir le stand et à répondre aux questions, oui oui, nous sommes multi-tâches !), puis de délibérations, où nous finissons, à 16h55, soit cinq minutes avant l’heure fatidique, par désigner les trois gagnants de ce premier concours, que nous annonçons à l’heure dite. Les lots ? des livres offerts par la librairie Trollune, et des goodies de chez nous.

 

Après ça, nous retournons à nos occupations habituelles (présentation de nos projets, discussions avec nos les personnes rencontrées sur le salon, ou tout simplement essayer de lire par-dessus l’épaule des autres ce qu’ils écrivent pour avoir des spoilers), jusqu’à environ 20h, où nous décidons de lever le camp pour la journée. Une bière en ville, une raclette à 23h et bien trop de private jokes occupent le reste de notre soirée jusque bien tard.

 

Mais le lendemain, on remet ça, parce qu’on ne s’arrête plus ! la journée est plus calme que les autres, mais néanmoins bien remplie. De nouveau, le concours de nouvelles fait preuve de succès et, encore une fois, nous recevons de très bons textes ! La sélection est d’ailleurs difficile et nous brise un peu le cœur, mais notre jury, augmenté de Del* et Talsa, finit par désigner ses trois gagnants. Cette fois-ci, notre partenaire les Netscripteurs a ajouté trois de ses livres aux lots pour les heureux gagnants.

 

Finalement, le salon se vide et, peu après 19h, après avoir dit au revoir à nos nouveaux amis, nous quittons les lieux à notre tour pour de bon, des étoiles plein les yeux après ce si merveilleux weekend. On va conclure ça sur une poutine (avec GE, on mange fat ou on ne mange pas) (et, pour dire vrai, ça ne nous arrive jamais de ne pas manger), pour faire durer le plaisir encore un peu, et puis retour chez Aleksey où nous nous dédicaçons mutuellement des affiches pour garder avec nous les meilleurs souvenirs du weekend.

 

EN RÉSUMÉ, les Octogônes, c’était :

  • une organisation au top

  • un public génialune ambiance mirifique

  • des rencontres merveilleuses

  • beaucoup de nourriture

  • beaucoup de fous rires

 

Mention spéciale à Charlotte et Élise de l’organisation, aux bénévoles Fabien Nicolas Camille Sébastien et tous les autres qui se sont arrêtés pour discuter, aux éditons Broken Words pour le chargeur d’ordinateur, à Laure pour nous avoir redirigés vers cette convention, aux participants des concours de nouvelles (mention encore plus spéciale aux deux gagnants, Clément Vert et Vil Faquin), à la librairie Trollune et aux Netscripteurs pour les lots, à Maxence du Renard Loquace, notre partenaire, aux adhérents de l’association passés nous dire bonjour, aux curieux qui ont posé des questions, à tous les éditeurs auteurs rôlistes et autres qui se sont montrés intéressés par nos projets, à tous ceux qu’on a croisé, au reste de la Team GE, et surtout, spéciale dédicace à Ratus, notre mascotte du weekend.

 

Octogônes, à l’an prochain !

 

 

LorianO

Design du site : ©tiphs-art.com pour Génération Écriture | Mentions légales
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now