Nouvelle idée d'histoire : se lancer à corps perdu ou prendre le temps d'y réfléchir ? 

par Elodye H. Fredwell

Avoir une nouvelle idée d'histoire arrive régulièrement à un auteur ou une autrice dont l'imagination est inépuisable. Et malheureusement, cela n'est pas toujours une bonne chose : parfois, cette nouvelle idée d'histoire peut bloquer celle sur laquelle nous travaillons tant elle nous hante ou, au contraire, elle peut débloquer l'auteur ou l'autrice qui n'arrivait plus à écrire.

 

Cet article n'est pas pas la solution aux problèmes qu'un auteur ou une autrice peut rencontrer, mais simplement des éléments de réponses qui peuvent vous aiguiller afin de gérer cette nouvelle idée et la façon dont vous pouvez l'aborder.

1 - Prendre son temps

 

Certains auteurs et certaines autrices préfèrent prendre leur temps. Vous avez une nouvelle idée d'histoire ? Tant mieux, mais il ne faut pas qu'elle vous empêche d'avancer sur d'autres projets. Parfois, même si vous n'avez pas la volonté de l'écrire, votre imagination n'en fait qu'à sa tête et vous redonne cette idée sans cesse. Dans ce cas, il faut voir ce que l'on peut faire de cette vague d'idées qui vous arrive et que vous ne pouvez refréner.

 

a - Se laisser porter par l'idée

 

Cette nouvelle idée doit être abordée avec précaution pour ceux qui souhaitent prendre leur temps. Certains et certaines vont préférer ne rien faire et juste laisser leur esprit mûrir cette idée de base. Parfois, une idée peut venir, mais elle ne nous hante pas, elle ne reste pas et dans ce cas, attendre nous permettra de savoir si elle était bonne ou si elle n'était que passagère.

 

Dans le cas où elle n'est que passagère, pas la peine d'aller plus loin : elle est vite abandonnée. Dans le cas où elle commence à vous hanter, où elle revient à la charge nuit et jour, vous pouvez commencer à vous y intéresser de plus près.

 

b - Les principales idées

 

Si l'idée nous intéresse et germe d'elle-même dans notre esprit, c'est un signe que nous pouvons commencer à l'imaginer comme une histoire à part entière. Chacun et chacune a sa méthode pour commencer vaguement à travailler dessus : noter ses idées sur papier ou les retenir dans son esprit. Dans tous les cas, ici, il est important de pouvoir dégager les premières et principales idées de l'histoire : des bouts d'intrigue, des scènes importantes, des éléments du passé des personnages, des messages et des valeurs qui nous souhaitons faire passer. Nous essayons de dresser un premier squelette de l'histoire, sans parler de plan, qui nous permettra d'avoir une vue d'ensemble de ce nouveau projet. Ainsi, nous pourrons évaluer s'il est complexe ou relativement simple, s'il sera long ou au contraire, plutôt court.

 

c - Mettre l'idée de côté ?

 

L'idée est intéressante, vous avez réussi à dégager le fil rouge de votre histoire, à noter quelques éléments d'intrigue. Mais qu'est-ce que nous faisons maintenant ? Eh bien, cela dépend entièrement de la personnalité de chacun et chacune. Nous sommes tous différents face aux nouvelles idées et aux méthodes d'écriture.

 

Vous pouvez continuer à travailler sur l'histoire : selon la méthode, vous enrichissez vos idées, vous créez des personnages, le contexte politique, historique, économique, etc., vous placez un décor. Bref, vous l'aurez compris, vous enrichissez l'univers avant de commencer à l'écrire.

 

Ou à l'inverse, on ne fait rien : ce projet est intéressant, mais en ce moment, il ne vous attire pas, vous avez un autre projet que vous voulez terminer, vous n’avez simplement pas le temps de vous y pencher et donc, vous allez laisser cette idée de côté pour la retrouver plus tard. Et qui sait, peut-être que plus tard, elle ne sera plus aussi intéressante ou, au contraire, elle retiendra toute votre attention des jours durant, vous poussant à l'écrire alors.

 

 

Prendre son temps sur une nouvelle idée permet à l'auteur ou à l'autrice de se poser les bonnes questions concernant ce nouveau projet et de commencer à l'évaluer, sans pour autant l'écrire.

 

 

2 - Profiter de l'inspiration du moment

 

Selon les habitudes de l'auteur ou de l'autrice ainsi que la force de cette nouvelle idée, certains et certaines vont avoir plutôt envie de commencer l'écriture aussitôt l'idée apparue. Mais attention, ils se lancent avec prudence.

 

a - Écrire

 

L'idée est lancée et vous avez envie d'écrire : alors, c'est parti. Un passage, un prologue, un chapitre, la fin, etc. Peu importe ce que vous avez écrit, vous avez commencé votre histoire. Vous n'avez pas résisté à l'appel de votre esprit qui vous poussait à écrire et avez décidé de mettre en mots, directement, cette histoire. Ainsi, vous voyez tout de suite si elle mène quelque part ou non, vous voyez si elle vous inspire véritablement ou si c'est passager. Vous avez déjà des pistes à explorer grâce à cette première approche écrite.

 

b - Travailler sur l'histoire

 

Vous venez d'écrire un premier passage, mais vous ne vous voyez pas continuer sans quelques éléments importants (plan, fiches personnages, contexte, cartes, etc.). Dans ce cas, vous allez arrêter d'écrire pour vous concentrer sur les coulisses de votre histoire. Certains et certaines prendront le temps nécessaire pour bien travailler les aspects annexes de la rédaction, quand d'autres vont se contenter de travailler rapidement sur des éléments bien précis pour les aider à avancer.

 

 

Profiter de l'inspiration du moment peut être bénéfique pour certains qui ont envie d'écrire, sont bloqués sur un autre projet ou qui veulent voir où va mener cette nouvelle idée.

 

 

3 - Se lancer à corps perdu

 

Quelques auteurs et autrices ont une nouvelle idée d'histoire et, pour eux, impossible de ne pas travailler dessus aussitôt elle apparaît. Ils doivent l'écrire, ils doivent coucher sur papier ce qu'ils ont envie de raconter, à tout prix.

 

Écrire est la première étape. Certains et certaines vont terminer leur histoire ou, au moins, leur premier jet. Et ensuite, ils vont travailler leur contexte afin d'entamer un travail de réécriture. Tandis que d'autres n'auront pas besoin de ce contexte pour que l'histoire se tienne et se contenteront de l'écrire jusqu'à l'avoir complètement terminée.

 

 

Pour conclure, de nombreuses méthodes sont à explorer et chaque projet est abordé différemment par un auteur ou une autrice : pour prendre mon propre exemple, je ne travaille pas de la même façon d'un projet à un autre. Cela dépend de beaucoup de choses qui ne sont pas clairement identifiables (l'humeur, le contexte de vie, le temps, etc.). Je me suis lancée à corps perdu dans une dystopie fantastique et ai travaillé le plan après en avoir écrit plusieurs passages, ce qui n'est pas le cas de mon roman apocalyptique que je travaille en amont pour le construire avant de l'écrire.

 

Bien sûr, d'autres typologies d'auteurs et autrices existent, celles-là sont celles que j'ai pu recueillir lors d'échanges avec certains et certaines d'entre eux. N'hésitez pas à partager votre propre vision des choses, votre façon de faire, cela ne pourra qu'enrichir ces premiers éléments.

Elodye H. Fredwell
 
Cliquez sur le pseudo
pour consulter le blog
de l'auteur de cet article

Sources
Cet auteur a aussi rédigé
Design du site : ©tiphs-art.com pour Génération Écriture | Mentions légales
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now