On peut faire de très belles découvertes sur Ulule – la preuve en est, c’est comme ça que j’ai découvert Ielenna et ses Chroniques des Fleurs d’Opale. En farfouillant sur cette plateforme en mai dernier, j’ai aperçu une superbe couverture de livre qui a attisé ma curiosité et qui m’a poussée à en savoir plus. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Lady Eleanor Grant, une héroïne pas comme les autres.

Mais de quoi s’agit-il ?

 

Les Tribulations de Lady Eleanor Grant, écrit par J. James, est un roman de quatre cents pages, auto-édité, premier volume d’une série de quatre tomes et paru officiellement en septembre 2018. Il est illustré par Lowenael, et ce sont ses dessins, présents dans la campagne Ulule, qui m’ont séduite avant même que j’aie lu le résumé de l’œuvre. Je sais qu’on dit qu’il ne faut pas juger un livre par sa couverture, et pourtant, maintenant, je peux le dire, celle de Lady Eleanor Grant lui rend tout à fait hommage. On retrouve également à l’intérieur du roman plusieurs illustrations en noir et blanc qui permettent de visualiser certaines scènes, et surtout, les personnages.

Les Tribulations de Lady Eleanor Grant,

un voyage au cœur de l’Égypte du XXe siècle

par Melany

J. James, pseudonyme de Julie, a pu se faire connaître par les fans de l’univers du jeu Dragon Age grâce à ses fanfictions publiées sur le site needapotion.com et elles aussi illustrées par Lowenael. Libraire dans la vie de tous les jours, elle dit elle-même avoir écrit Lady Eleanor Grant pour son propre plaisir, pour voir une histoire qu’elle aurait aimé lire. Elle a privilégié l’auto-édition à une publication plus classique afin de conserver une totale liberté et de travailler avec l’illustratrice de son choix, qui est l’une de ses amies. C’est ce qui l’a motivée à lancer sa campagne de financement, qui lui rapporta quatre fois plus d’argent que ce qu’elle avait prévu.

 
Une histoire intrigante et originale

 

Les Tribulations de Lady Eleanor Grant, de quoi ça parle ? L’histoire commence à la fin du XIXe siècle et présente l’héroïne, Eleanor, une jeune fille de la noblesse britannique que son père force à épouser Lord Grant, un riche Gallois qui a près du triple de son âge. Les années passent, jusqu’en 1910 où, débarrassée de son encombrant mari, Eleanor a l’occasion de mettre à profit sa passion pour l’archéologie en partant pour l’Égypte, où ses recherches vont la mener sur les traces de Nitetis, une reine égyptienne que personne ne connaissait jusque-là. Eleanor, aidée par Karl Schaffenberg, un professeur allemand, et Warren Crowley, un riche Gallois, va tenter de percer le mystère de ce que l’on nomme la Damnatio Memoriae, la suppression de quelqu’un de l’histoire.

Lady Grant, une femme pas comme les autres

Eleanor Grant est une héroïne du début du XXe siècle, assez éloignée de l’image que l’on a des femmes de cette époque. Anglaise, mais fille d’une Américaine, elle a une vision assez moderne du monde et de la condition féminine, sans qu’elle ne soit pour autant engagée dans la lutte pour la cause auprès des Suffragettes. Son père étant un duc, elle commence sa vie dans l’opulence, mais elle est forcée très jeune d’épouser Lord Charles Grant, un homme de quarante ans son aîné, qui l’emmène vivre au Pays de Galles où commence pour elle une vie de tristesse et de frustrations. Qu’on se le dise, la scène initiale est horrible, décrite avec des propos poignants qui serrent le cœur. Dès le début, on quitte la maison douillette des parents d’Eleanor pour vivre avec elle un mariage abominable, de plus en plus atroce au fil des pages. Outre l’union forcée avec un homme que l’héroïne déteste, l’auteur aborde la thématique du viol au sein du couple et met en avant des images puissantes pour faire comprendre ce que traverse Eleanor.

Mais le récit ne tourne pas autour de cette désastreuse expérience, puisque, comme l’annonce le résumé sur la quatrième de couverture, Eleanor retrouve sa liberté en 1910 (comment et pourquoi, vous le découvrirez en lisant le livre) et s’embarque dans un voyage, comme je l’ai dit plus tôt, en Égypte. Ce type d’expédition n’est pas sans faire penser aux Aventures d’Adèle Blanc-Sec, et c’est avec joie que l’on voit une femme d’une époque qui était tout sauf féministe diriger d’importantes recherches archéologiques.

Différents personnages gravitent autour d’Eleanor, alliés comme ennemis, et je trouve que chacun est très bien développé, avec sa propre personnalité. J. James n’hésite pas à exploiter certains clichés propres aux récits d’expédition comme le sien, en formant une équipe hétéroclite qui réserve bien des surprises. De plus, l’œuvre est loin d’être manichéenne, et les « méchants », si l’on peut dire, ont leur propre psychologie et leur propre histoire pour expliquer leur comportement. Rien n’est tout blanc, rien n’est tout noir, et Eleanor la première en est la preuve, par son comportement qui peut parfois faire se questionner le lecteur.

Autre fait intéressant, l’auteur a introduit dans le récit une alternance entre les époques, passant du « présent » de 1910 au temps des pharaons afin de suivre le personnage de Nitetis autour de qui tourne l’intrigue de ce livre.

En bref

Difficile de classer Les Tribulations de Lady Eleanor Grant dans un genre littéraire. Roman initiatique, historique, fantastique, voire de science-fiction, il semble être un peu tout cela à la fois. Ce mélange est des plus réussis, à mon avis, et ce livre mérite d’être connu. Ulule a permis d’introduire l’auteur dans le milieu des écrivains d’internet, de façon plus professionnelle que sur une plateforme de partage.

L’auto-édition a ses failles, je ne le nie pas, on trouve dans le roman quelques maladresses ou coquilles qui restent pardonnables quand on sait que J. James a tout fait toute seule, dans un délai très court. Et l’histoire est tellement prenante que ces accrocs sont vite oubliés. L’auto-édition souffre d’une mauvaise réputation pouvant faire passer à côté de très bons récits qui gâcheraient leur potentiel à n’être publiés que sur Wattpad. D’autant qu’un livre aussi beau mérite une place de choix dans nos bibliothèques, et il est, de mon point de vue, important de soutenir le travail des jeunes écrivains.

Où trouver le livre en question ?

 

J. James est actuellement en pleine élaboration d’un site internet pour vendre son livre et ses goodies, aussi, si mon article a suscité votre intérêt, je vous invite à suivre sa page Facebook d’auteur pour retrouver toutes les actualités concernant Les Tribulations de Lady Eleanor Grant. Elle sera également au Salon Fantastique de Paris, en novembre 2018, pour vendre ses exemplaires restants. Je ne peux que vous conseiller de plonger dans l’univers de Lady Grant, dont je suis déjà fan et que j’espère voir perdurer avec les trois prochains opus.

Mélany
 
Cliquez sur le pseudo
pour consulter le blog
de l'auteur de cet article

Cet auteur a aussi rédigé
Design du site : ©tiphs-art.com pour Génération Écriture | Mentions légales
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now