Maderose

Taki est un lycéen de Tokyo qui alterne entre les cours et son travail à temps partiel dans un restaurant italien. Sa vie… elle lui convient. Deux très bons amis, une très jolie collègue… Mais Mitsuha va venir bousculer tout ce tranquille quotidien.

Mitsuha est une jeune fille de la campagne, vivant au sein du temple d’un petit village auprès de sa grand-mère et de sa petite sœur. Sa vie, elle ne l’aime pas vraiment et rêve de vivre à Tokyo, cette si grande et belle ville. Peut-être que son vœu va se réaliser ?

Taki et Mitsuha vont échanger leurs corps et vivre dans la peau de l’autre pendant une journée. Cet échange se répétera plusieurs fois, de manière aléatoire, au plus grand désespoir de chacun qui verra sa vie chamboulée à jamais. Au-delà même de leur réalité.

 

Au niveau international, le mangaka et réalisateur Hayao Miyazaki est considéré comme l’un des plus grands du genre ; eh bien il a été plusieurs fois déclaré que le travail de Makoto Shinkai était très proche, qu’il s’agisse de la beauté du dessin ou de l’intrigue.

Et il est vrai que Kimi no na wa est vraiment une histoire magnifique. Pleine de rebondissements improbables, d’une alternance parfaitement équilibrée entre épisodes drôles et passages graves, cette histoire est un très beau mélange de sentiments qui vous fait passer du rire aux larmes.

Mitsuha et Taki sont attachants et il est si facile de se retrouver dans l’un comme dans l’autre. Shinkai a réussi à retranscrire avec une incroyable justesse les problématiques que les adolescents peuvent traverser aujourd’hui, tout en y incorporant une dose de magie et d’incroyable qui ne dénature pas du tout cet aspect pragmatique sur le développement personnel.

Le seul petit « problème » que l’on pourrait rencontrer avec la lecture de ce récit est que l’échange de corps entre les deux protagonistes rend les choses très compliquées à suivre. La version française du manga ne permet pas de voir les différences de grammaire propres au parler japonais qui pourraient être un indice sur qui est dans quel corps (parce que parfois ce n’est vraiment pas simple de s’y retrouver ; il faut lire plusieurs fois).

En ce qui concerne les dessins de Ranmaru Kotone, je ne suis pas une experte mais, personnellement, je les trouve particulièrement beau. Tout en simplicité, sans détails superflus et dans un réel souci de réalisme, les expressions des personnages et les paysages sont vraiment à couper le souffle malgré le noir et blanc habituel des mangas.

 

Comme je l’ai précisé au début de l’article, Kimi no na wa a eu une publication assez particulière puisqu’il s’agit non seulement d’un manga en trois tomes mais également d’un film d’animation et d’un roman. Je n’ai pas lu le roman donc je ne pourrai pas donner un avis dessus. Toutefois, si Kimi no na wa vous intéresse, je vous conseille très (très) fortement de commencer par la lecture du manga. Qui vous laissera sur le plus grand suspense de l’univers (oui, oui) mais qui sera merveilleusement comblé par l’anime (et par sa bande originale absolument magnifique).

 

 

Au final, Kimi no na wa est une bonne lecture pour les adeptes de manga comme les plus réticents à ce genre. Elle nous lie à des personnages adorables et drôles auxquels on ne peut que s’identifier ; et on suit leurs aventures avec un suspense, une envie des plus insoutenable et magnifiquement assouvie à la fin. Pour ma part, en tous cas, cela aura été bien plus qu’un coup de cœur.

Qu’est-ce que c’est encore que ces mots barbares ? Bah, vous avez eu de la chance, je ne vous ai pas mis les belles calligraphies japonaises, hein ! Kimi no na wa, c’est le titre d’un manga, d’un film et d’un roman. Pour ma part, je vais me contenter de vous parler du manga, en trois tomes, sorti en 2016 au Japon et en 2017 en France. Les dates de parution des trois œuvres sont si proches qu’on ne saurait dire quel support est sorti en premier. Mais, pour plus de suspense… commencez par le manga.

 

En français, il est possible de traduire le titre par « ton nom ? » mais sans le point d’interrogation (le titre international – hors Japon – étant Your Name). Un titre bien étrange et intriguant pour une histoire tout aussi étrange et intrigante. Écrit par Makoto Shinkai et illustré par Ranmaru Kotone, ce récit suit les mésaventures improbables de deux lycéens japonais.

Cet auteur a aussi rédigé
Sources

Kimi no na wa 

par Maderose

Design du site : ©tiphs-art.com pour Génération Écriture | Mentions légales
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now