Qu’on se rassure de suite : vous êtes bien dans le dossier concernant le NaNoWriMo et non sur un obscur ring de boxe. Vu le mot, on pourrait y penser… ! Mais quelque part, nous sommes dans la même catégorie. La kick-off a de quoi vous mettre K.O., mais vous en demandez encore.

Ielenna
Cet auteur a aussi rédigé
Qu’est-ce que la kick-off ?

 

La kick-off marque le lancement du NaNoWriMo, c’est-à-dire le 1er novembre à minuit précise.  Elle peut s’organiser de manière officielle, non-officielle ou même en solitaire. Généralement, le principe est de commencer son NaNoWriMo par une nuit bien écourtée, consacrée à l’écriture. Il s’agit souvent d’un moment charnière dans le NaNo, car porté par la fougue du commencement, vous écrirez certainement beaucoup. De quoi marquer un excellent démarrage pour atteindre son objectif !

 

Les kick-off officielles

 

L’équipe du NaNoWriMo organise généralement des kick-off dans les grandes villes de France. Cela consiste à se réunir dans un lieu, un café, une salle, afin d’écrire entre auteurs jusqu’au bout de la nuit. Le plus gros événement se déroule sur Paris et réunit des dizaines de participants, voire centaines pour certaines éditions exceptionnelles. En 2014, elle avait lieu dans les locaux des éditions Bragelonne et en 2015 dans la bibliothèque du centre Georges Pompidou. Attention : une inscription est obligatoire pour participer à ces événements.

 

Les kick-off non officielles

 

Rien ne vous interdit d’organiser une kick-off entre potes, chez vous, ou même via internet. L’ambiance amène une certaine entraide et apporte une motivation bien nécessaire pour le début de votre NaNo. Organiser une kick-off est généralement gage d’excellents souvenirs.

 

En solitaire

 

Enfin, vous pouvez vous mettre derrière votre ordinateur et écrire toute la nuit jusqu’à ce que la fatigue l’emporte.

Un moyen d’agrémenter la kick-off : les word wars

 

Les word wars sont des moments privilégiés pour écrire en quantité, cependant, on ne vous garantit pas que la qualité sera au rendez-vous à tous les coups ! Il s’agira d’écrire le plus de mots possible dans un temps imparti, généralement 15 minutes. Cependant, pendant la nuit de la kick-off, elles peuvent parfois durer une heure… !

Quand le temps est terminé, chacun annonce son score. Selon la bienveillance de vos camarades d’écriture, les gagnants peuvent recevoir des prix, des récompenses… ou bien des gages ! (écrire la prochaine word war debout ou avec un œil bandé...) Mais rien ne vaut la fierté de constater que votre compteur de mots a gonflé de plusieurs centaines de mots en l’espace d’un quart d’heure !

Mon expérience

 

Après une kick-off non officielle, quoiqu’assez rocambolesque, en 2014, entourée de mes comparses de GE, nous nous sommes rendus en 2015 au centre Georges Pompidou, à Paris, pour célébrer le lancement officiel. L’endroit était immense, la moitié des auteurs costumés. Une salle avait été consacrée à la nourriture : chacun emmenait ce qu’il voulait ! Gâteaux, sandwiches, bonbons et boissons à volonté ! (personnellement, ce sont les clémentines et le thé qui m’ont aidé à tenir !) C’était tout simplement gargantuesque. C’est un temple de la gourmandise !

Les tables de la bibliothèque sont grandes, avec des prises électriques et des petites lampes, pouvant accueillir une trentaine de personnes chacune, au milieu des rayonnages de livres. Il n’y a pas à redire : l’endroit respire l’ambiance d’écriture ! Une excellente motivation. À 23h, les esprits s’échauffent. On nous annonce notre pays rival de cette année (la Suède !), quelqu’un pousse la chansonnette pour l’hymne du NaNo, on nous réexplique le déroulement de la soirée.

Minuit, BONNE AN-. Ah non. Tous à vos NaNo ! C’est parti pour une heure de silence complet dans la bibliothèque. Les claviers claquent sous les doigts frénétiques des participants. Il faut écrire sans se préoccuper du reste ! On ne voit pas le temps passer, jusqu’à ce qu’on hurle « C’EST FINI ! ». Tout le monde sort de son état second. On commente, on compte son nombre de mots, on part se chercher un muffin. Et c’est reparti pour une deuxième word war, plus courte. Puis une troisième. Une quatrième.

Les heures passent. Les plus vaillants restent à écrire sans relâche tandis que d’autres partent s’enrouler dans un duvet, plus loin dans la bibliothèque, dans un coin calme. Certains craquent, rient sans raison, parlent à leur thé, somnolent sur leurs claviers. La vie d’auteur n’est pas facile tous les jours…

À 6h du matin, la kick-off se termine sur des croissants et des pains au chocolat. Tout le monde aspire au sommeil bien mérité. Et après un défilé de zombies dans le métro, un gros dodo de journée ! Heureusement que le 1er novembre est férié !

            Sources :

        

la KICK-OFF

par Ielenna

Design du site : ©tiphs-art.com pour Génération Écriture | Mentions légales
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now