Un jeu dangereux

texte n°3

 

Il est un jeu, quand on est roi, des plus risqués. D’ailleurs, ce jeu n’est pas dangereux que pour les rois. Loin de là, même. Je dirais qu’en fait, il touche beaucoup d’autres que les rois. En somme, les rois s’en tirent assez bien, de manière générale.

Bon, nous nous égarons. Remarquez, peut-être pas tant que ça…

Je disais donc qu’il était un jeu, quand on est un homme normal, des plus risqués. Par normal, j’entends un homme comme vous et moi, puisque de fait, les rois ne sont que peu concernés. Mais… prenons tout de même l’exemple d’un roi.

Peut-être avez-vous entendu parler d’Armados, un roi d’Elkarïl ? Non ? Bon, il est vrai qu’il est peu connu. En fait, presque pas. Mais bon, je crois que nous nous égarons encore.

Donc, laissez-moi vous conter l’histoire de ce roi qui, j’en suis persuadé, sera un exemple tout-à-fait probant.

 

Ce roi est né en une époque fort troublée. Enfin, pas tant que ça. Disons qu’elle s’est troublée un peu après sa naissance. Voire longtemps après. Bon, mettons qu’il est né dans une période peu troublée. On va dire presque aussi troublée qu’une eau de source. Une eau de source un peu vaseuse, tout de même. Bon, j’imagine que vous voyez ce que je veux dire. Non ? Bon, il est vrai que ce n’est pas très clair. Mais, encore une fois, nous nous égarons.

Ce fameux roi, donc, a grandi dans le giron d’un père juste et affectueux. Son père qui, bien entendu, était roi avant lui. On convient donc de préciser que le roi dont nous parlons n’était pas roi à l’époque où nous en parlons, mais prince. Et, bien entendu, vous me direz que cela n’a que peu d’importance. Et vous avez raison ! Tout simplement parce que ce passage de sa vie ne nous importe que peu. Voire, en fait, pas du tout.

Or, donc, ce prince qui n’était pas encore roi devint roi. Jusque là, rien de bien étonnant. Logique, même ! Mais à l’époque où il est devenu roi, son père venait de mourir. Ce qui, vous l’avouerez, en plus d’être parfaitement logique, vu que notre prince est devenu roi, est propice à une époque plus troublée que précédemment. Mettons aussi troublée qu’une eau évaporée, je pense que vous comprenez ce que je veux dire. Non ? Bon…

Et ceci, mes amis, pose une question épineuse : une question à laquelle aucun roi, aucun historien, aucun penseur, même aucun conteur, n’a pu trouver la réponse. Une question qui, même de nos jours, taraude l’esprit des hommes comme vous et moi.

Qu’y a-t-il, comme jeu de plus dangereux pour un écrivain, que celui qui s’amuse à faire perdre son temps à son lecteur par une histoire sans queue ni tête ?

 

Quentin Verdet

 

 

Design du site : ©tiphs-art.com pour Génération Écriture | Mentions légales
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now