top of page


L'écriture est-elle servie ou desservie par l'IA ?
 

 
Compte-rendu de Débat, par Yuyu

Si l'on demande à ChatGPT 3 si l'IA sert ou dessert l'écriture, voici ce qu'il nous répond : "L'IA peut être considérée à la fois comme un outil qui peut servir et aider l'écriture, mais aussi comme une menace pour l'art de l'écriture et la créativité humaine".

 

Puisque “l’évolution” était le thème de notre Camp NaNo GE d’avril 2023, nous avons organisé pour l’occasion un débat sur notre salon Discord, auquel de nombreux membres ont participé. La question était : l’écriture est-elle servie ou desservie par l’IA ? Et en voici le compte-rendu…


 

Comme beaucoup, les participants au débat ont déjà eu recours au moins une fois à une IA, mais pas tant en lien avec l’écriture. C’était plutôt pour faire des recherches, générer des images, gérer son agence ou juste pour s’amuser. Dans le cadre de l’écriture, nous retrouvons plutôt son utilisation pour trouver des prompts, ou faire du brainstorming ce qui s’est révélé moins convaincant ou intéressant. Pour un usage personnel, on s’est rendu compte que nous avions moins, voire pas, l’impression de « tricher » ; mais pour la création de quelque chose de A à Z, c’était plus tendu.

 

ChatGPT, par exemple, s’est révélé être un outil intéressant, reste à présent à voir comment on l’utilise.

Le problème est d’ordre financier. On peut avoir quelque chose à très moindre coût, voire gratuitement lorsque l’on se tourne uniquement vers les IA, mais c’est en délaissant les personnes qui exercent le métier dont on a besoin, et qui, par conséquent, perdent de potentiels revenus.

L’IA (notamment Midjourney, mais pas seulement) se base sur des œuvres déjà existantes. La légitimité d’une création par ce biais se retrouve donc remise en cause (notamment lorsqu’une IA remporte un concours d’art). Qui plus est, il devient souvent nécessaire de payer pour pousser les performances de ces logiciels ultra-poussés, mais sans jamais rémunérer les artistes des œuvres originales servant de ressources. Le problème devient donc éthique. Inspiration, d’accord ; si on se rémunère avec le travail d’autres, moins d’accord. Comment se proclamer artiste si l’on tape juste une ligne de code pour générer une image qui reproduit les styles d’autres artistes ? La commercialisation à son compte de la production artistique d’une IA semble la source du problème : on paye les plateformes pour éviter de payer les artistes.

 

Si on s’éloigne du domaine artistique, cela semble plus pratique ou éthique ; notamment pour faciliter la création d’une partie d’un code informatique qui prendrait inutilement trop de temps à un être humain. Pourtant, encore une fois, si on génère le code en entier, ça remettrait aussi en cause l’existence des développeurs. Le problème serait surtout de s’approprier comme création personnelle dans le cadre de son travail quelque chose que l’IA aurait généré à notre place. Une aide précieuse, oui ; le laisser faire tout le travail à notre place, non (surtout si on s’en attribue le mérite ensuite).

 

On a commencé à remplacer les caissiers par des machines sans penser que ça finirait par toucher tous les métiers, l’art y compris. Mais, au final, si une machine tombe en panne, ce sera toujours un humain qui sera là pour la réparer, non ?


 

Dans le cadre des maisons d’édition, certaines ont déjà recours à ces IA : création de couverture grâce à Midjourney, utilisation de ChatGPT pour répondre à des demandes catalogue précises... Cela a pour (grand) risque de faire disparaître les graphistes, illustrateurices et auteurices écrivant justement pour ces demandes catalogue. Le but est de vendre, et l’IA fait vendre. Les ME deviennent de plus en plus exigeantes, et ces nouvelles technologies peuvent leur permettre de trouver ce qu’elles cherchent. La vitesse hallucinante de ces évolutions peut effrayer, les nouvelles demandes des ME, le remplacement par les machines… Mais plus que « les IA sont dangereuses », finalement, c’est surtout son utilisation faite par les humains qui pose problème.

 

De manière générale, la création se base sur l’inspiration : on suit des tendances, des modèles, des styles. Mais quelle différence entre ce que fait l’humain en puisant son inspiration autour de lui, et les IA ? En tant qu’être humain, on pourrait se dire qu’on réfléchit, on prend des idées à droite et à gauche, on choisit ce qu’on aime, on adapte à notre style, contrairement à l’IA qui n’a pas de style propre, et serait donc plus une mosaïque d’idée…

 

« L'art, ce n’est pas juste reproduire la réalité, c'est interpréter la réalité. »

– Karl Manfred, Detroit : Become Human.

 

N’ayant pas la même sensibilité qu’un humain, l’utilisation d’une IA s’en trouvera nécessairement limitée. Il faut être précis dans sa demande, elle trouvera difficilement ce que l’on cherche si nous ignorons nous-même le chemin que nous voulons prendre. Il y a également un risque de désinformation : des données peuvent être erronées, rendant ainsi obligatoire la vérification des sources de toute manière. Aussi performante puisse-t-elle être, l’IA semble encore loin d’être capable de remplacer l’humain : souvent, les intrigues générées sont peu originales, très généralistes, les pistes proposées sont assez vues et revues, étant donné qu'elles reposent sur des algorithmes. Finalement, les créations vraiment remarquables semblent moins fréquentes qu’on pourrait le penser. L’humain restera toujours nécessaire. Une IA peut difficilement avancer si personne n’est là pour la nourrir. L’humain a cette liberté d’aller dans d’autres directions, de découvrir de nouvelles idées.

 

Comme l’art a besoin de cette part d’humanité (cette créativité, cette sensibilité), on peut avoir moins peur d’être remplacé par les IA ; contrairement aux métiers plus techniques, tels que rédacteur web ou développeur. La parade serait de trouver un moyen de se réinventer, ou d’encadrer l’utilisation de ces IA.

 

Mais dans ce cas, quelle utilisation serait considérée comme « correcte » ? Dans le cadre de l’écriture avec ChatGPT, on peut faire des recherches, lui demander des conseils, mais pas pour écrire une intrigue complète (et pour trouver un titre, c’est limite). Il s’agit d’un outil, pourquoi pas un outil de création, mais pas d’un substitut.

 

En conclusion de ce débat : le problème derrière l’existence des IA est surtout éthique, en particulier quand vient le côté commercial. La vitesse de développement de ces machines est difficile à suivre, on n’a pas eu le temps de s’adapter qu’elles ont déjà évolué à nouveau. Les IA, pourquoi pas, mais de façon responsable, éthique, et pas à but commercial.

 

D’ailleurs, ChatGPT est d’accord avec nous :

« D'un autre côté, certains critiques ont soulevé des préoccupations quant à l'impact de l'IA sur l'originalité et la créativité de l'écriture. Certains programmes de génération de texte assistée par l'IA peuvent produire des textes qui sont trop similaires à d'autres textes existants, ou qui manquent de l'originalité et de la créativité qui sont nécessaires pour produire des œuvres de qualité. En outre, l'utilisation de l'IA peut également conduire à des problèmes de propriété intellectuelle, où les droits d'auteur et les attributions de paternité sont remis en question. Dans l'ensemble, l'IA peut offrir des avantages aux écrivains et aux auteurs, mais son utilisation doit être effectuée de manière responsable et consciente des enjeux éthiques. »

 

Et là encore, même si on pose la question de ce débat à une IA,  cela ne change en rien le fait que la conversation qui s’est déroulée entre nous a été très intéressante et, surtout, enrichissante pour tout le monde. Chacun pouvait exposer son avis, rebondir sur les déclarations des autres… Nous avons réfléchi.es sur le sujet ensemble et nous nous sommes nourri.es entre nous, sans prendre une réponse qu’on nous a donné comme ça.


 

Sources pour compléter :

IA ayant remporté un concours d’art

- https://open.spotify.com/episode/5a2FL7iyZpVTQUGQ18yRB3?si=ff06842ce5864828

À propos de la désinformation

https://www.clubic.com/technologies-d-avenir/intelligence-artificielle/actualite-462183-mefiez-vous-de-gpt-4-il-produit-encore-plus-de-fake-news-que-chatgpt-3-5.html

https://open.spotify.com/episode/5a2FL7iyZpVTQUGQ18yRB3?si=ff06842ce5864828

Des livres écrits par ChatGPT

- https://vl-media.fr/est-ce-que-cest-vrai-que-des-livres-ecrits-par-chatgpt-sont-en-vente/

La dangerosité des IA

- https://www.numerama.com/tech/1274008-elon-musk-demande-larret-de-bing-chatgpt-quil-pense-dangereux.html

IA et couverture

- https://actualitte.com/article/110175/edition/un-editeur-proscrit-l-intelligence-artificielle-pour-ses-couvertures

- https://www.slate.fr/story/237902/edition-couvertures-livres-algorithmes-intelligence-artificielle


Retranscrit par Yuyu
bottom of page